Myriam El Khomri défend sa loi la contestation et la tension montent d’un cran

Myriam El Khomri défend sa loi la contestation et la tension montent d'un cran

Cette fois, l’exécutif est en train de perdre la bataille des images. Myriam El Khomri a dévoilé ce jeudi matin en Conseil des ministres son projet de réforme du Code du travail, assurant qu’il s’agissait d’un « nouvel élan de la démocratie sociale », offrant des « souplesses » aux entreprises et des « garanties » aux salariés.  « Ce texte marche sur deux jambes, il est équilibré : à la fois de nouvelles souplesses pour les entreprises et puis de nouvelles protections, de nouveaux droits pour les salariés », a argumenté la ministre du Travail dans la cour de l’Elysée. Sans convaincre tout le monde, visiblement…

La contestation étudiante et lycéenne n’a pas faibli à Paris et en province. Mais pour ce troisième round dans la rue, la crainte du gouvernement de voir dégénérer les rassemblements s’est confirmée avec plusieurs affrontements, parfois très violents avec les forces de l’ordre.

Ainsi, à Nantes, des échauffourées se sont soldées par 18 interpellations :

A Paris, des groupes d’activistes, masqués et cagoulés, s’en sont pris sporadiquement aux policiers : 

Non loin du siège du Medef, quelques activistes ont encore essayé de pénétrer à l’intérieur du siège de la principale organisation patronale : 

Mais c’est surtout l’interpellation très violente d’un lycéen dans le XIXe arrondissement de Paris, filmée et postée sur les réseaux sociaux, qui risque de marquer un tournant dans la bataille entre une partie de la jeunesse et le gouvernement. Sur la video, on voit un jeune durement frappé par un CRS. L’inspection générale de la police nationale (IGPN) a ouvert une enquête.

« Il ne manquait plus que cela, un jeune tabassé par la police », commentait un conseiller ministériel, d’un exécutif très embarrassé par la montée de la violence et de nombreux blocages de lycées et universités.

Les organisations étudiantes et lycéennes seront rejointes le 31 mars par plusieurs syndicats, dont la CGT, pour une nouvelle journée de mobilisation. 

Laisser un commentaire