La Trezor du mondial de Paris est signée Renault

La Trezor du mondial de Paris est signée Renault


Soyons honnêtes, peu d’entre nous auraient misé sur Renault pour décerner la palme du concept-car le plus envoûtant du salon. Et pourtant, la marque au losange crée la surprise avec la Trezor, 6 ans après le concept car Dezir dont elle s’inspire. Contrairement à nos habitudes, oublions un instant les performances techniques pour s’attarder sur l’enrobage de ce trésor signé Renault. Même si on peut rapidement saluer la motorisation électrique de 350 chevaux et 380 Nm empruntée à une Formule E. Cette immense GT fascine par son enveloppe. Le design en nid d’abeille occupe une place prépondérante entre le bouclier avant, le capot, les flancs et la calandre arrière. En fait, à part le contour du capot avant, le pare-brise et le toit, difficile d’y échapper. Mais le rendu sublime l’ensemble et on ne craint pas l’allergie.


Et que dire des mensurations singulières : 4,70 mètres de long pour’ 1m08 de haut. En voyant des individus debout à ses côtés, on regarde l’ensemble un brin perplexe. Mais les ingénieurs ont pensé à tout. Pourquoi s’enquiquiner avec des portières quand on peut soulever le cockpit (capot, pare-brise et toit) d’un seul bloc « Pourquoi pas », aura probablement répondu l’un d’entre eux puisque la Trezor ne possèdent pas de portières latérales mais une sorte de haillon central pour s’immiscer dans les entrailles du concept.


Une seule appréhension demeure. Comme à l’accoutumée, les concept-cars n’arrivent jamais au bout d’une ligne d’assemblage. Mais avec ce sans-faute proposé par la Trezor, si Renault pouvait nous faire mentir, on en serait comblé.

Laisser un commentaire