La France reste plus que jamais le pays de l’ultrafiscalité

La France reste plus que jamais le pays de l'ultrafiscalité

Mardi prochain, les contribuables français arrêteront de travailler pour financer les dépenses publiques. C’est le « jour de libération fiscale » calculé chaque année par l’association Contribuables associés, qui arrive en France un mois jour plus tard que dans la moyenne des pays de la zone euro. En plus du poids des charges, la Cour des comptes a épinglé mercredi la complexité du système fiscal pour les entreprises, qui font face à 233 taxes et impôts différents, dont le coût de collecte est estimé à 5,2 milliards d’euros.

Milton Fiedman appelait cela « la fête de l’Indépendance personnelle ». Dans La liberté du choix, édité en 1980, l’économiste libéral le définissait comme « le jour de l’année où nous cesserions de travailler pour payer les dépenses…

Laisser un commentaire