Game 2, Winter , Le jeu de télé-réalité russe qui autorise le viol et le meurtre en Sibérie

Game 2, Winter , Le jeu de télé-réalité russe qui autorise le viol et le meurtre en Sibérie

Les participants signent une renonciation reconnaissant qu’ils ne pourront peut-être pas survivre à un défi de neuf mois en milieu sauvage en Sibérie, et si des crimes sont commis, ils seront arrêtés.

Une nouvelle émission de télé-réalité russe où les crimes sont « autorisés » commencera l’année prochaine.

Game 2: Winter se tiendra dans le désert sibérien (-40°C), composé de 30 candidats, pour une durée de neuf mois, avec le survivant gagnant qui recevra un prix de 1,6 million de dollars. L’émission sera diffusée en ligne et en direct 24/7.

«Chaque participant donne son consentement pour qu’il puisse être mutilé, voire tué», annonce un avertissement. « 2000 caméras, 900 hectares et 30 vies. Tout est permis. Combats, alcool, meurtre, viol, tabagisme, tout. »

Les participants signeront chacun une renonciation reconnaissant qu’ils pourraient être violés ou tués, mais les règles indiquent également que la police est libre d’arrêter n’importe quel joueur qui commet un crime pendant l’émission. «Vous devez comprendre que la police viendra vous emmener», déclarent les règles. « Nous sommes sur le territoire de la Russie, et nous obéissons aux lois de la Fédération de Russie. »

Les concurrents seront placés dans un paysage où les ours et les loups sont susceptibles d’y vivre. Selon le Siberian Times, les couteaux sont autorisés, mais les armes sont interdites. Le spectacle est l’idée originale de l’entrepreneur Yevgeny Pyatkovsky qui a déclaré qu’il «refusera toute réclamation des participants, même s’ils devaient être tués ou violés».

Il n’y aura pas d’équipe de tournage, mais 2.000 caméras parsemées dans la région. Chaque participant aura également son propre appareil d’enregistrement personnel. Les participants doivent être âgés de 18 ans et «mentalement sains» pour participer à la compétition.

« Le spectacle promet d’être international », a déclaré Pyatkovsky. « Cinq pays ont déjà exprimé le désir de le diffuser pour leur public. »

Il affirme que 60 personnes ont déjà présenté une demande, dont un Américain.

Source : The Guardian

Laisser un commentaire