Brexit , Pour l’instant le rapport de force n’est pas du tout en faveur de Londres

Brexit , Pour l'instant le rapport de force n'est pas du tout en faveur de Londres

L’Europe est en quête de réponses et de projets ambitieux afin de sortir de la crise. De l’autre côté, la Grande-Bretagne a fait un choix par référendum. « Pour l’instant, la seule chose que les Britanniques savent c’est qu’il est urgent d’attendre. Pourquoi Tout simplement parce qu’ils ne sont pas d’accord entre eux », explique Loïc de La Mornais, en direct de Londres (Royaume-Uni). 

« Au sein de gouvernement britannique, vous avez la Première ministre, Theresa May, qui elle veut plutôt une séparation douce, préserver l’essentiel des relations, alors que son ministre du Brexit justement, David Davis, lui, est partisan d’une rupture beaucoup plus dure », poursuit le journaliste de France 2. Et d’ajouter : « L’autre gros problème c’est tout simplement que le Royaume-Uni n’a pas les moyens, n’a pas les compétences, n’a pas les négociateurs pour démarrer ces fameuses négociations. […] Il faut donc que Londres recrute de toute urgence de grands spécialistes. Pour l’instant, le rapport de force n’est pas du tout en faveur de Londres. »

A lire aussiSujets associésA lire sur

Laisser un commentaire