Administration Macron, rien ne change pour que tout change

Administration Macron, rien ne change pour que tout change

C’est l’un des paradoxes de la « vraie fausse » alternance qui s’annonce. Emmanuel Macron a beau avoir été élu seul contre tous, son ascension hors norme s’est appuyée sur un groupe de hauts fonctionnaires ayant tous servi le précédent quinquennat. Le futur président de la République dispose de soutiens et de relais particulièrement nombreux au sein de l’appareil de l’Etat qui devraient lui éviter une transition brutale dans ce domaine.

Ces dernières années il y a eu les Gracques, les Arvernes, les Horace. Des collectifs de hauts fonctionnaires anonymes prompts à fustiger le pouvoir en place via des tribunes publiques, dans l’espoir secret de porter leur propre camp au pouvoir. Emmanuel Macron, lui, a ses « Noé ». Est-ce une référence à sa loi sur les « nouvelles opportunités économiques » que Manuel Valls l’a empêché de présenter lorsqu’il était ministre de l’Economie, précipitant sa démission et son accession fulgurante » Pas vraiment’: l’appellation n’est pas issue de son camp, mais de milieux proches de la fachosphère et se veut mordante, en référence au patriarche Noé ayant accueilli tous les animaux de la Terre à bord de son arche’ avant le Déluge.

Sous la volonté de nuire perce un soupçon de vérité’: derrière Emmanuel Macron et sa start-up En Marche’! se cachent de très nombreux fonctionnaires ayant mis leurs réseaux et leur expertise au service du futur Président. Rien de répréhensible (tant qu’ils ne transmettent pas de données confidentielles), ni de nouveau. Sauf que cette fois-ci, le mouvement a pris une ampleur inégalée, En Marche’! ayant bénéficié d’un appui colossal – jusque dans les dons perçus – de très nombreux serviteurs du précédent gouvernement.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes de cette élection hors norme. Alors qu’ils étaient en train de préparer leurs cartons, comme à chaque alternance, beaucoup de conseillers du précédent gouvernement et les directeurs nommés récemment à la tête d’administrations centrales sont finalement – depuis le soir du premier tour – en train de ressortir leurs affaires. Nombre d’entre eux peuvent en effet envisager sereinement leur avenir. Une anecdote l’illustre’: réunissant mardi tous les conseillers en communication de l’ensemble de l’exécutif, Gaspard Gantzer, le directeur de la communication de l’Elysée, a indiqué qu’il « n’en voudrait à personne » de tenter l’aventure d’Emmanuel

Il vous reste 70 % de l’article à lire. Choisissez une option :

Acheter l’article :0,39′
seulement

Facturation par votre opérateur mobile

Powered by
Netsize

Laisser un commentaire