A Nice les promoteurs immobiliers retrouvent enfin le sourire

A Nice les promoteurs immobiliers retrouvent enfin le sourire

Bâtir « autrement ». C’est le thème du 46e congrès de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) qui se tient mercredi et jeudi à Nice. Le premier sous la présidence d’Alexandra François-Cuxac, élue à la tête de la fédération il y a un an. L’occasion pour elle d’imprimer sa marque.

Bâtir autrement, cela signifie bâtir durablement. De nombreuses tables rondes seront ainsi consacrées à l’aménagement durable des villes, aux aspects écologiques de la construction et à la manière de « produire autrement ». La FPI met en effet depuis plusieurs années l’accent sur la promotion des projets urbains conjuguant écologie et « parcours résidentiel » pour offrir aux Français la possibilité de progresser, tout au long de leur vie, dans l’acquisition de leurs biens, en fonction de l’évolution de leurs revenus.

Le Congrès sera notamment marqué par la remise des « Pyramides d’or », trophées récompensant les programmes immobiliers les plus novateurs. Plusieurs catégories mettent justement l’accent sur les qualités énergétiques, environnementales mais également sociales ou connectées des immeubles.

Surtout, ce congrès qui sera clôturé jeudi midi par Emmanuelle Cosse, la ministre du Logement, sera marqué par le retour des sourires sur les visages des promoteurs. Après plusieurs années de crise, le secteur du bâtiment sort enfin la tête de l’eau. 97’700 autorisations de construire ont été délivrées au cours des trois derniers mois connus (février à avril 2016), soit une augmentation de 10 % par rapport à la même période de 2015. Tous les secteurs progressent, aussi bien les logements collectifs que les logements individuels. Un motif de satisfaction pour Alexandra François-Cuxac même si celle-ci, en présidente d’une fédération nationale, s’inquiète « d’une reprise qui n’est pas homogène sur tout le territoire ».

Quelques régions s’avèrent en effet bien plus performantes que les autres, comme la Bretagne (+25,5 %), la Corse (+117 %) ou PACA (+15,5 %). Autre motif d’inquiétudes’: « Les mises en chantier progressent à un rythme sensiblement inférieur aux autorisations de construire », note la présidente de la FPI. Parmi les causes de ce décalage, la multiplication des recours, la complexité des règles, des chartes locales aux clauses abusives’ Un sujet dont il sera largement question à Nice.

Laisser un commentaire